La Leche League France LLL

Et oui je ne pouvais pas ne pas faire un article sur La Leche League …. Mais KESAKO  La Leche League ??

Ah non ne levez pas les yeux au ciel en disant : pffffff La Leche League  c est une asso « pro allaitement » parce que forcement La Leche League (LLL) est pour l’allaitement donc c’est une association pro allaitement… Si si je vous assure on me l’a déjà sorti…. Dingue, n’est ce pas ?

Alors OUI C EST UNE ASSO PRO ALLAITEMENT forcement puisqu’elle promouvoit l’allaitement en France et aide les femmes dans leur désir d’allaiter. J’ai d’ailleurs à titre perso pris contact avec les bénévoles de LLL pour mes propres allaitement et je peux dire que j’ai toujours été écouter, lu, et obtenu de bon conseils.

D’ailleurs quand j’apprend qu’une amie à moi est enceinte et qu’elle souhaite allaiter je m’empresse de lui offrir le livre : L’art de l’allaitement maternel. Ce livre a été ma bible lors de ma 2 eme grossesse, après un 1er allaitement complètement foirer par un médecin généraliste qui n’y connaissait rien mais en qui j’avais confiance …. Donc si je suis malade du coeur je consulte un cardiologue, quand je veux acheter un livre je vais en librairie, quand ma voiture est en panne je vois un garagiste et quand j’ai besoin d’infos/conseil ou d’aide sur l’allaitement je contact des pros de l’allaitement comme La Lèche League  ou des conseillères LLL ou IBCLC. Je reviendrais plus longuement sur l’allaitement dans un autre article, sur mon vécue, ma vision.

Je vous laisse découvrir l’interview :

 

Bonjour,

  • Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Claude Didierjean-Jouveau, mère et grand-mère, animatrice de La Leche League France et auteure d’un certain nombre d’ouvrages sur l’allaitement, la naissance, le maternage (www.claude-didierjean-jouveau.fr).

 

  • Quelle est votre statut au sein de l’asso LLL?

Je suis animatrice en Seine-Saint-Denis depuis 1986. J’ai été la présidente de l’association de 1989 à 1997, et je suis la rédactrice en chef de sa revue trimestrielle Allaiter aujourd’hui !, ainsi qu’une des deux chargées des relations avec les médias. Je m’occupe aussi beaucoup du contenu du site internet (www.lllfrance.org).

 

  • Comment est né l’association ?

Elle est née il y a plus de soixante ans dans la banlieue de Chicago, d’un petit groupe de sept femmes, parentes ou amies, qui, souvent après plusieurs échecs, avaient réussi à allaiter un enfant, et s’étaient rendu compte de l’importance du soutien « de mère à mère » dans le succès de l’allaitement.

Ce modèle de soutien par les groupes de mères a rapidement fait tache d’huile dans tous les États-Unis, puis ailleurs dans le monde. LLL existe en France depuis le milieu des années 1970.

 

  • Quel est le but de l’association ?

Le but de La Leche League est simple : aider, par un soutien de mère à mère, toutes les femmes qui souhaitent allaiter, en leur transmettant l’art, le savoir-faire de l’allaitement.

 

  • Quelles sont les actions ?

Les quelques 170 antennes locales organisent une ou plusieurs rencontres par mois.  Il y a également des rencontres régionales, et un congrès national tous les deux ans.

LLL France publie deux revues : Allaiter aujourd’hui, pour les parents, et Les Dossiers de l’allaitement, pour les professionnels de santé.

Les animatrices répondent aux questions des mères au téléphone (soit localement, soit par l’intermédiaire de la permanence nationale) et par mail.

LLL France dispose également d’un site internet très riche et très visité (plus de 11 000 visites journalières en moyenne), d’un forum, d’une page et d’un groupe Facebook.

 

  • Avez-vous quelque chose à ajouter pour les lecteurs du blog ?

J’aimerais dire que, pour mettre toutes les chances de son côté, il est bon de connaître certaines bases de l’allaitement : des tétées précoces (si possible dans les deux heures qui suivent la naissance), des tétées fréquentes (une moyenne de huit à douze les premiers temps), sans limitation de durée, ni intervalle à respecter entre deux tétées, une bonne position du bébé au sein (qui évite douleurs de mamelons et permet une succion efficace), pas de biberons de complément, la proximité mère/enfant, notamment la nuit.

Et savoir que l’immense majorité des arrêts précoces ne sont pas justifiés et pourraient être évités : les douleurs de mamelons sont principalement dues à une mauvaise position du bébé au sein ; le « manque de lait » est généralement dû à une limitation arbitraire des tétées ; on peut poursuivre l’allaitement après la reprise du travail ; l’allaitement peut, selon les recommandations officielles, être exclusif les six premiers mois et être « poursuivi jusqu’à l’âge de 2 ans ou même davantage, selon les souhaits de la mère, à condition d’être complété par la diversification alimentaire à partir de l’âge de 6 mois » ; on peut allaiter ET se soigner (la plupart des médicaments sont compatibles avec l’allaitement), etc.

Merci à Mme Claude Didierjean-Jouveau qui a eu la gentillesse de répondre a mes questions.

 

Elle…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *