Pénurie de gynécologues et compétences des sages-femmes !

Mais c’est quoi cet affolement partout sur le net depuis quelques jours sur une pénurie de gynécologues ?

 

Tout d’abord il faut rappeler la définition du métier de gynécologue :

Source institut national du cancer :

http://www.e-cancer.fr/Dictionnaire/G/gynecologue

 

« Médecin spécialiste de l’appareil génital de la femme. Le gynécologue assure le diagnostic et la prise en charge des maladies de l’utérus, du vagin, des ovaires, des seins. Le gynécologue-obstétricien est un chirurgien qui traite les maladies gynécologiques et mammaires et, notamment, les cancers, et prend en charge le suivi des grossesses à risque et des accouchements. Ces deux spécialistes s’occupent des techniques d’assistance médicale à la procréation qui peuvent être mises en œuvre lors des problèmes d’infertilité. Il est possible de consulter directement un gynécologue sans passer par le médecin traitant pour les examens gynécologiques réguliers (frottis notamment), le suivi de la contraception ou de la grossesse ou une interruption volontaire de grossesse par des médicaments. »

 

L’obstétrique est donc la surveillance du déroulement de la grossesse et de l’accouchement. La gynécologie c’est le diagnostic et le traitement des maladies de l’appareil génital et du sein (maladie de l’utérus, de l’ovaire, du sein, maladies sexuellement transmises), le dépistage des cancers gynécologiques par des frottis et des mammographies en collaboration avec des radiologues, la prise en charge du traitement de la stérilité, la régulation des naissances (contraception ou IVG) et le traitement des troubles de la ménopause.

 

Donc si je veux encore faire plus simple en termes de définition je dirais que le gynécologue est un SPECIALISTE de la femme et de ses pathologies.

 

Mais aujourd’hui on entend parler de pénurie et donc de difficultés pour les femmes d’obtenir un rendez-vous sans devoir attendre des mois. On parle de difficultés à être correctement suivi car trop d’attente, trop cher, trop difficile de trouver LE/LA gyneco.

 

Mais pourquoi tout d’un coup on parle de pénurie ??

 

Je vous laisse lire ce très bon article qui viens du blog les « 10 Lunes » que j’aime beaucoup et qui est très clair sur le sujet de la pénurie :  http://10lunes.com

 

Souvent je me pose cette question :

Pourquoi consulter un gynécologue en 1ere intention ?

Quand on veut consulter un spécialiste d’une discipline médicale on passe d’abord par le médecin traitant qui évalue la pertinence d’une consultation avec un spécialiste. Et bien c’est pareil dans ce cas-là : on consulte une sage-femme et si celle-ci détecte une pathologie (grâce à ces années d’études !) ou évalue qu’elle ne peut continuer à vous suivre, et bien elle vous enverra consulter un gynécologue qui lui assurera le suivi et le traitement de la pathologie.

 

Je souhaiterais simplement à travers de cet article informer les femmes que oui les sages-femmes peuvent réaliser un suivi tout au long de la vie d’une femme.

C’est-à-dire : dès l’arrivée des 1ere règles et ce jusqu’à la ménopause.

 

 

Définition du métier de sage-femme :

Source : https://www.cidj.com/metiers/sage-femme

 

« La profession de sage-femme est une profession médicale spécifique réglementée par le code de la santé publique et le code de déontologie des sages-femmes.

La sage-femme est une spécialiste des grossesses normales. Elle suit les femmes enceintes dont elle a la charge, du diagnostic de la grossesse jusqu’au jour de l’accouchement.

Au fil des mois, elle anime des séances de préparation à la naissance (exercices de relaxation, sophrologie, yoga…), prescrit et effectue tous les examens nécessaires. Responsable du déroulement de l’accouchement, c’est elle qui pose le diagnostic du début du travail, dont elle suit l’évolution.

Aidée de technologies de pointe (monitoring, échographies…), la sage-femme assure seule la plupart des accouchements. Si des complications surviennent, elle doit agir très vite pour faire appel au gynécologue-obstétricien ou au chirurgien.

Après l’accouchement, elle s’occupe du nouveau-né, vérifie qu’il soit en bonne santé et accomplit les gestes de réanimation si nécessaire. Elle surveille aussi le rétablissement de la mère, puis la conseille sur l’allaitement et l’hygiène du bébé.

La sage-femme peut aussi assurer le suivi gynécologique (prescription de contraceptif, pose de stérilet et implant…).

L’activité de la sage-femme ne se limite pas à des gestes techniques : elle a aussi un rôle relationnel très important. Elle doit savoir expliquer à la future mère comment vont se dérouler les étapes successives, la rassurer et associer le père à ce moment important.

Mais le rôle de la sage-femme ne se limite pas à la grossesse. La sage-femme a aussi les compétences nécessaires pour l’assurer au quotidien le suivi gynécologique des femmes (contraception, diagnostic de grossesse, rééducation périnéale, IVG médicamenteuse). »

(Petite arpparté sur les définitions que j’ai pu trouver sur le net je donne la palme d’or de la non mise à jour de leur infos à la définition du Larousse  dispo ici.  Je les ai twitter mais AUCUNE REPONSE à ce jour de leur part ….. )

 

Revenons sur la formation de la sage-femme qui est expliqué et disponible ici ou plus simplement ici

Après lecture, il est bien question de la maitrise de la pathologie pour la maitrise du métier de sage-femme, donc oui les sages-femmes sont compétentes dans la reconnaissance d’une pathologie. Elles savent aussi lire un compte rendu de frottis et donc si celui-ci revient anormal, votre sage-femme vous demandera de prendre contact avec un gynécologue.

Dans d’autres pays comme par exemple le Canada, aucune femme ne consulte un gynécologue pour des suivis dit physio/normaux, ou sans qu’une femme ne soit atteinte d’une pathologie. Ce sont les sages-femmes qui assurent ces rendez-vous : suivi gynéco, suivi pré conception, suivi grossesse, suivi post partum, etc. etc.

Certains gynécologues comme Michel Odent, ou Marsden Wagner ont même fait une formation de sage-femme afin d’approfondir leurs propres compétences !

 

Mais que peux faire une sage-femme ?

Voici un tableau récapitulatif très bien fait de l’ONSSF (site internet de l’ ONSSF ici )  :

Il faut ajouter aux compétences ci-dessus que depuis Juin 2016, les sages-femmes peuvent prescrire et effectuer les interruptions volontaires de grossesse médicamenteuse et ce dans le cadre légal.

 

Et pour que tout soit bien complet voici le dépliant de l’ordre des sages-femmes :

Dépliant Compétences des sages-femmes

 

Maintenant que vous savez TOUT ce que peux faire une sage-femme parlons argent ! Car oui consulter un gynécologue et une sage-femme ce n’est pas le même tarif !

Une enquête réalisée par Le Monde et parue le 27 Décembre 2017 affirme que seuls 38,5% des gynécologues pratiquent le « tarif sécu » à 30e la consultation, et moyenne la consultation standard est à 60e et peut même aller jusqu’à 120e en IDF ….

Quand une consultation standard pour une sage-femme est de 23e et remboursée a 70% par la sécurité sociale et le reste selon votre mutuelle….

 

Une jeune femme en consultation annonçait avoir payer 90e pour le retrait de son DIU (dispositif intra utérin : stérilet), en discutant avec une amie, elle apprend qu’une sage-femme peut faire cet acte. Elle a donc décidé de ne plus le faire avec son gynécologue, mais de consulter une sage-femme pour la nouvelle pause pose qui lui a coûtée : 38,40e (pris en charge à 70%) le retrait lui coûtera le même prix et toujours la même prise en charge sécu. Le restant peut être rembourser avec votre mutuelle.

 

Une consultation pour un suivi de grossesse sera elle aussi à 23e contre en moyenne 60e chez votre gynécologue, et si l’on fait l’échographie morphologique le prix sera de 100,20e (dont 81,92e de remboursement Sécu) avec une sage-femme qui possède un diplôme universitaire d’échographie, contre en moyenne 150e chez un gynécologue…. Et la différence ne s’arrête pas qu’a une visite simple ou une échographie.

 

Le problème de ces tarifs de consultation élevés est que bien souvent les jeunes femmes, ou les personnes en situation précaire ne vont même plus consulter faute de moyens financiers faute de savoir que le suivi peut être fait par une sage-femme libérale.

 

Donc je résume :

  • Rdv gynéco : spécialiste des pathologies, délais rendez-vous longs, tarifs plus chers et moins bien remboursés, visite rapide en moyenne 15min. Rare donc cher ….
  • Rdv sage-femme : spécialiste physiologie, délais rdv très rapides, tarifs plus qu’abordable, consultation plus longue en durée soit en moyenne 30/45 min.

 

  • 3eme solution rdv avec votre médecin généraliste, mais de moins en moins proposent un suivi gynéco et renvoient les patientes soit vers les gynécologues soit vers les sages-femmes.

 

En tant que future sage-femme, je souhaite que chaque femme puisse savoir qu’un suivi peut être réaliser par les sages-femmes.

Je ne comprend pas ce qui bloque en matière d’information. Pourquoi il existe cette désinformation sur le métier de sage-femme et pourquoi c’est entretenu ?  Je vous laisse réfléchir a ceci …

 

Et je ne souhaite pas travailler contre les gynécologues, mais AVEC eux, car nous avons besoin d’eux, de leurs compétences, et de leur savoir  autant qu’ils ont besoin de nous et des nôtres, mais là il y a encore du chemin à faire…. 

De cette entente en découlera un meilleur suivi, une meilleure prise en charge, mais aussi une transparence total dans le parcours de soin de santé, et les relations inter-professionnelles  seront bénéfiques à tout le monde mais c’est d’abord pour le bien être des femmes ! 

 

 

Elle…

PS : l’enquête du journal Le Monde est accessible ici 

les 2 illustrations de l’article sont de : BenJ dessins, vous pouvez découvrir son talent sur sa page Facebook a voir ici. Merci BenJ pour avoir accepté d’illustrer mon article 😉

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *