Tu sais ….

 

 

Il y a ce que l’on apprend en cours ou dans les livres, et ce qui devrait être obligatoirement appris…

 

Tu vois, on nous apprend les soins d’hygiène et de confort d’une personne, on nous explique que l’on doit prendre un peu de temps pour chaque patient, et qu’un patient est unique.

On nous apprend à prendre des constantes, à reconnaître une urgence, à avoir des gestes techniques, et à savoir nous servir d’appareils sophistiqués.

On nous apprend la pharmacologie, on nous apprend nos devoirs et nos droits.

On nous apprend la hiérarchie, les protocoles généraux. On nous apprend à reconnaître des signes cliniques, des symptômes.

On nous apprend à regarder des corps, et à savoir garder nos distances.

On nous apprend à devenir de parfaits professionnels, à avoir une prise en charge global, voilà tout ce que l’on nous apprend, mais on ne nous apprend pas la réalité du terrain.

On ne nous apprend pas la fatigue, le stress, les supérieurs qui demandent plus, toujours plus, toujours plus vite. On ne nous apprend pas toujours à gérer un conflit de famille ou avec la famille ni même gérer un conflit entre collègues.

On ne nous apprend pas vraiment l’empathie, ni à « écouter » les patients, ni même à les regarder, à les considérer.

On ne nous apprend pas le cœur, ni l’âme, ni vraiment le respect du patient.

On ne nous apprend pas qu’il faut demander avant d’effectuer un geste et ce, qu’importe le geste.

Finalement, il reste tellement de chose importante à apprendre. Et toutes ces choses ne seront jamais dans un livre, ou dans un cours. Ces choses tellement importantes à apprendre, on les apprend sur le tas, dans la vie, et on les embarque avec nous dans nos services, auprès de nos patients et patientes.

Cependant, il y a une chose que l’on sait avant même d’être en formation devant un livre ou dans un amphithéâtre devant des profs. Et que l’on sait même avant d’être sur le terrain, c’est que c’est une vocation d’être soignant !

Et que quoi qu’il se passe, l’intérêt du patient sera toujours le plus important…

 

Elle…

2 réponses sur “Tu sais ….”

  1. Une très belle brève. Juste et vraie.
    Un jour, au tout début de mes études, lors de mon premier stage en maternité, j’avais écrit ceci sur Instagram :
     » Je viens d’apprendre que la Théorie ne suffit pas.. Je le savais, mais pas suffisamment apparement. Aujourd’hui j’envoie la théorie en Enfer ! »

    En effet, j’étais tellement en colère. Contre les institutions, contre les écoles, contre les livres, car à aucun endroit il était écrit quoi répondre à une maman qui vient de perdre son bébé, ni à un papa inconsolable. C’était la premiere fois que j’étais confrontée au décès in utero d’un enfant et je n’avais pas eu de « théorie ».

    J’ai alors compris que parfois, la théorie n’existe mais et que c’était ça la fameuse « expérience ». Qu’avec le temps, qu’avec les situations j’allais apprendre, me forger en tant que soignante dans toute mon empathie et mon ressentie. Et que j’allais me créer ma « propre théorie ».

    Ce soir là, j’étais en colère. Mais j’ai également réalisé, comme tu l’écris si bien, que je faisais ces études par vocation. Que c’etait au fond de moi, au plus profond de mon être. La vocation d’etre soignante …

    1. Ma pauvre ….. je n’ai pas encore été confronté a la mort d’un foetus/bébé, mais je sais déjà que j’ai un travail à faire la dessus, de par mon vécue…. cela va être difficile….
      Et tout à fait avec le temps, avec l’expérience, on apprend bcp plus que dans tout les livres réunis. Nous avons besoin de la théorie bien sur, mais rien ne remplace le vécue, le réel, les stages, le terrain pour avancer et cheminer !

Répondre à Elle Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *