Une nouvelle catégorie …

 

Depuis quelques semaines, j’ai envie d’écrire différemment. J’ai souvent envie de partager des instants précis, des moments que je vis en stage. Mais quand je les écris cela ne fait que 15/20 lignes tout au plus. Alors après avoir passé mon cerveau en mode réfléchissent je me suis dit que j’allais créer une nouvelle catégorie : brève & histoire courte. 

Ainsi, je pourrais en dehors des articles que j’écris, vous faire encore plus voyager dans mon univers, dans mes stages, dans mes réflexions personnelles et par la même occasion vous amenez à réfléchir sur certains sujets …. Mes brèves & histoires courtes seront tirées de situation réelles et vécue, mais pas seulement pendant mes études de sage-femme. Je vous partagerais ce que j’ai vécue aussi pendant ma formation et mes stages d’aide-soignante….

A bientôt pour la première brève & histoire courte !

Elle…

J’y suis …

 

Ça y est demain à 08h, je serai en stage en maternité. Ce stage tant attendu, ce stage tant idéalisé, ce stage tant rêvé …

Comment je me sens ?

Alors, j’ai l’impression d’être au bord d’un gouffre et d’être prête à tomber dedans.

Je suis si excitée et, en même temps, je me sens si sereine et si calme.

J’ai toujours une appréhension avant d’aller en stage et je me pose 1000 questions: Comment cela va se passer? Comment vais-je réussir à m’intégrer? Est-ce que je vais découvrir/apprendre beaucoup de choses, bref tout un tas de questions qui tournent en boucle dans ma tête ….

Mais là non, aucune appréhension, aucune question qui tourne en boucle et, d’ailleurs, j’ai trouvé cela bizarre! Du coup, j’y ai réfléchi. Pourquoi est-ce que je suis si sereine? J’ai finalement trouvé le pourquoi : je n’ai pas encore percuté que j’allais en stage en maternité !

C’est le même sentiment que j’ai ressenti lorsque j’ai commencé les cours de sage-femme : « waouhhh je n’y crois pas je suis en cours de sage-femme!». Ce même sentiment d’émerveillement qui me surprend encore quand je dis : « Elle étudiante sage-femme » ou que je lis un cours de physio de la grossesse.

Et bien là, c’est pareil …. Je vais en stage en maternité, mais tant que je ne serai pas en tenue, dans le service, cela restera irréel pour moi. Comme quelque chose qui est tant voulu, que l’on a du mal à y croire une fois qu’on l’a !

J’ai tellement attendu ce moment, je l’ai tellement rêvé, voulu !  Je vais être en stage en France et j’ai choisi une maternité pas trop loin de chez moi. Mon école nous laissait la possibilité de trouver notre lieu de stage (youpiiiiii pas trop de kilomètres à faire!). Ce stage devait être de 15j, à mon initiative il va durer une semaine de plus. Nos vacances commençant juste à la fin du stage, j’ai demandé la possibilité de rester une semaine supplémentaire (et donc avoir une semaine de moins de vacances) et cela été accepté!

Je me sens prête à vivre ce premier stage en maternité.

La seule chose qui m’impressionne c’est d’être face à des femmes. Je m’explique…

J’espère être à la hauteur des attentes de toutes ces femmes que je vais rencontrer dans les prochaines semaines.

Faut pas se mentir, chaque femme qui accouche se souviendra toute sa vie de la sage-femme qui l’a accompagnée, qui a été là à cet instant ….

Et je souhaite pour ces femmes qui me permettront d’apprendre auprès d’elles, qui me feront confiance, être à la hauteur de ce qu’elles attendront de moi.

J’espère respecter leur choix. J’espère réussir à les accompagner que cela soit pour la gestion de la douleur, ou pour leur allaitement, ou les aider dans leurs interrogations en tant que nouvelles mamans. Et savoir aussi rester à ma place quand on ne me demandera rien, car c’est important de respecter leur intimité.

 

Je me souviens de Caroline, cette jeune sage-femme qui a été là il y a 5 ans, un jour de janvier 2013, pour la naissance de notre premier fils. Elle, jeune diplômée, mais à l’écoute, dans le respect de mes choix et demandes ! Même si cette première naissance ne s’est pas du tout passée comme on l’imaginait, elle a été présente. Elle a su m’accompagner pendant ces longues heures, et même dans l’urgence au bloc opératoire, elle est restée près de moi…. Et ça, 5 ans plus tard, je ne l’ai toujours pas oublié, et je ne l’oublierai pas …. Je revois encore son regard plein de compassion, quand cela criait code rouge et qu’on me préparait pour cette césarienne…

Je me souviens de Betty, qui a su m’accompagner pour la naissance de notre fille il y a 3 ans. Cette naissance qui sonnait comme une revanche pour moi, un AVAC (accouchement voie basse après césarienne), une naissance physio sans péri, sans aucun geste médical le jour J, une délivrance sans injection quelconque, juste pour me prouver que j’étais capable de donner la vie moi-même et retourner à la maison dès le lendemain matin…. Encouragée et soutenue par Betty, j’ai pu donner la vie, seule, sans stress, sans péri, en respectant mon plan de naissance. Elle a su m’accompagner, me coacher, me donner confiance en moi au moment où je perdais pied…. Je me souviens encore parfaitement d’elle me disant : “Bravo Elle, tu as réussi, tu as réussi ton AVAC, tu as été forte, sois fière de toi”.

Je me souviens d’Angélique et de Sylvie. Leurs prénoms résonnent en moi tellement ce dernier accouchement, il y a 19 mois, a été d’une puissance, d’une force inimaginable…. Tout s’est passé si vite! En 2h c’était fini, et notre dernier était dans nos bras ! Et je me souviens très bien de l’épaule de Sylvie (d’ailleurs si tu me lis encore désolée….). Et cette dernière naissance s’est finie par un retour à domicile auprès de mes enfants et de mon mari, le soir même, 6h après avoir donné la vie.  Avec, ensuite, un suivi à domicile. C’est Cathy ma sage-femme libérale qui est venue le soir même chez moi, puis chaque jour après la naissance (je pense à toi très souvent Cathy !).

 

Les sages-femmes de la maternité n’ont peut-être pas « compris » pourquoi je voulais sortir si tôt, ni pourquoi mon plan de naissance comportait des demandes si spécifiques, mais elles n’étaient pas là pour être d’accord avec moi, ni même me juger, mais pour respecter mes choix, mes droits, et ça c’est ce que je veux être plus tard, tout comme elles ont toutes su le faire : respecter les choix, les demandes, sans jugement, sans moquerie, et en accompagnant !

 

Mais encore une fois toutes ces sages-femmes ont été là pour moi, pour m’accompagner, m’aider, me soutenir dans cette tempête qu’est donner la vie…. J’ai eu de la chance quand je lis certains témoignages de naissance …. J’ai vraiment eu de la chance, et je veux donner cette chance à chaque femme de vivre des naissances douces, même dans la difficulté et l’urgence, une naissance peut être belle.

J’espère que je saurai être à la hauteur de ce stage, être à la hauteur de ce que toutes ces femmes attendent d’une sage-femme : du professionnalisme.

 

 

Elle…

Premier stage en …. Gériatrie !

J’attendrai …. le jour et la nuit j’attendrai …..

Cette musique c’est celle qu’un monsieur chantait à longueur de journée et cette musique maintenant dès que je la fredonne je le vois lui tout sourire dans son fauteuil, installer à manger, et à chanter ! Il n’a plus toute sa tête d’après ce que l’on sait, mais en tout cas il la connait par cœur cette chanson….

Elle si frêle si petite, ce petit bout de femme qui entre la toilette du dos et la toilette de ses jambes, me raconte sa vie, ses enfants qu’elle ne voit plus, cet enfant qu’elle a perdu et à qui elle ne souhaite de ne jamais connaitre ce sentiment si déchirant de perdre un enfant….

Cette femme, elle qui a demi-mot me demande où est passé son chat, mais qui le garde, qui prend soin de son chat pendant qu’elle est ici. Puis qui s’effondre en larmes en pensant à son chat seul dehors dans le froid …. Elle qui ne sait plus comment prendre soin d’elle-même, elle qui a besoin de l’autre pour l’aider dans les gestes les plus courant de la vie, elle qui est hospitalisée mais qui ne s’en rend pas bien compte, elle qui ne pense qu’a ce petit compagnon ….

Lui, si vaillant, si fort, d’après les dires de sa famille. Lui qui au moment où j’écris a peut-être éteint sa flamme dans un dernier souffle et a laisser partir son âme ….

Elle, qui me demande que quelqu’un lui dise la vérité, que quelqu’un prenne le temps de lui expliquer ce qui se passe. Qui me dit qu’elle est fatiguée de sourire devant ses proches, qui me dit que faire semblant pour son mari, pour ne pas qu’il soit malheureux de la voir ainsi dans ce lit… Et qui quand il est là est toute heureuse, toute rayonnante, puis une fois son départ s’éteint petit à petit ….

Cette femme qui est seule, allongée dans ce lit, cette équipe qui prend soin d’elle, pour l’aider à se remettre de ce qu’elle a vécue, et cette flamme dans ces yeux qui jour après jour se rallume…

Cet homme qui me dit merci, merci Madame de votre aide, merci de faire ce métier, merci.

Cette femme qui ne supporte pas de rester sans rien faire, et qui toute la journée appelle dans sa chambre, tente par tous les moyens de sortir de sa chambre. Elle à qui l’on doit trouver des « occupations » pour distraire son esprit et lui faire oublier où elle se trouve actuellement.

Cette jeune femme qui me dit, merci de vous occuper ainsi de ma maman, merci de ce que vous lui offrez, merci de votre humanité….

Cette personne qui me dit : mais vous faites un drôle de métier quand on y pense…

Non juste nous sommes là à un instant T, cet instant même où vous avez besoin d’aide !

Toutes ces personnes ne sont qu’une infime partie des patients qui entrent et sortent du service de gériatrie. Tous ont une histoire, un passé, un vécu, certains n’ont pas de futur et ne sortiront pas du service sauf dans leur dernier souffle. Mais chaque matin avant de commencer toujours cette même phrase dans ma tête : occupe toi d’eux comme si c’était un de tes proches et non pas comme si c’était juste un patient en gériatrie….

Voilà, si je devais résumer mon premier stage en quelques mots je dirais : aide, entraide, empathie, généreux, communication, humilité….

Je vais simplement retenir que :  des anciens nous avons tellement à apprendre.

Je suis ravie d’avoir fait ce stage, l’équipe a été parfaite, que cela soit avec les patients ou avec nous les petites stagiaires. Nous avons pu poser au tant de questions possibles, nous avons pu pratiquer. On nous a fait confiance, on nous a écouté ! Bref, vraiment un stage très enrichissant ! Big up à ces deux  infirmières, derrière qui j’ai couru non stop avec mes questions et qui ont  toujours pris le temps de me répondre (merci E, et merci E)

 

Ce stage est fini, et dans quelques jours je reprends la route des cours jusqu’au prochain stage en maternité qui sera mi-Mars.

 

Ah oui avant d’oublier je vais répondre à cette question qui revient tout le temps quand je parle de ce stage.

Alors oui j’étais en stage en gériatrie, car avant de pouvoir prendre en charge une personne dans un service bien précis il faut pouvoir savoir prendre en charge une personne dans sa globalité !

Et vous savez quoi ? Et ce n’est pas fini car en 2eme année on sera en stage en service de médecine, chirurgie, bloc opératoire, salle de naissance et en post partum ! Cela promet des stages bien riches en émotions et en découvertes !

 

Elle

 

 

 

Test & Avis

Souvent on me propose des partenariats sur mon compte Instagram.

Certains que j’accepte et d’autre pas, car je ne veux pas tout mélanger. Et quand j’accepte un partenariat ou un test de produit, il faut que cela soit en rapport avec mes études et donc mon futur emploi  !

Il m’arrive aussi de faire des achats, dont je souhaiterais vous faire partager mon ressenti, mon avis sur l’achat, la livraison, son l’utilisation.

Moi-même avant de faire un achat, en général je regarde les avis que je trouve sur divers site internet !

 

Donc voilà à quoi va servir cette nouvelle catégorie :  à simplement partager mon avis, ou partager les tests de produits que je fais.

 

Je signalerais s’il s’agit d’un test produit en partenariat ou d’un test sur un achat fait par moi-même. Mais quoi qu’il arrive si le produit ne me convient pas alors j’expliquerais pourquoi, comptez sur moi pour être OBJECTIVE !

 

Elle…

1ers partiels et organisation …

 

Et oui nous avons des partiels, en plus des examens ponctuels durant l’année. Les partiels se font en 2 temps, une 1ere partie en Janvier pour le 1er semestre et 2eme partie en Juin pour le 2eme semestre.

 

Comment cela se déroule ?

En clair de Septembre à Décembre nous avons déjà vu pas mal de matières, et donc nous avons des examens pour contrôler nos acquis.

Dans mon école cette année, cela s’est passé sur 15jours et les examens écrits sont un jour sur deux. Nous avons eu les « vacances » de Noël pour nos révisions, et le 1er examen était le jour de la rentrée !

Et si nous ne réussissons pas des examens, nous avons la possibilité de repasser ces matières en Juin, ou en Aout.

Voilà en gros pour les explications !

 

En clair bonne chance à tous et sauve qui peut !

 

C’est la période de stress intense, où l’on voudrait être partout sauf entre 4 murs à réviser ou apprendre. Mais il faut bien en passer par là !

Chacun son rythme et chacun sa façon de réviser et chacun son orga ! J’ai galéré pour trouver la mienne… Et je pense faire des ajustements.

En cours, je ne prends que très peu de notes, je préfère écouter le cours, (ou mes collègues mdrrrr) par contre j’ai un carnet dans lequel j’écris les TUYAUX donner par les profs et c’est noter par matière !

Au début je recopiais mon cours sur des fiches bristol A5 que je rangeais dans des mini classeur par UE et j’ai fait cela pendant 2 mois. Mais je me suis vite rendu compte que j’allais avoir besoin de 100 000 fiches bristol a5 et un nombre incalculable de mini classeur. Donc je suis passée au fiche bristol mais en format A4 et là c’est déjà plus simple pour moi.  Je fais une synthèse totale sur bristol A4, puis je repère les infos vraiment à savoir par cœur et là je fais une mini synthèse qui me sert durant les révisions.

Exemple : un cours de physio de 400 pages, j’en fais une synthèse écrite de 25 pages A4 environ et en mini synthèse il fait 6 pages taper sous Word.

Le cours est vu avec le prof pendant les heures de cours, puis la synthèse je l’a fait pour bien comprendre, intégrer le principal, et écrire me permet déjà d’apprendre pas mal. Puis la mini synthèse je l’a fait quelque jour AVANT l’épreuve. Ainsi j’ai sous la main les notions les plus importante à connaitre sur le bout des doigts.

J’ai aussi tenté la synthèse orale. J’enregistre ma mini synthèse sur le dictaphone de mon Iphone, et quand je suis partie passer mon examen de puériculture, ou de santé publique et bien sur la route j’ai écouté ma synthèse directement dans ma voiture en connectant mon Iphone.

Pour les cours type : biologie, anatomie avec beaucoup de schémas, et bien j’imprime les schémas sur un document Word, les uns après les autres pour me faire une synthèse du tout que j’apprends.

Puis je les imprime un par un et je les colle sur des bristols, au recto = le schéma et au verso les noms des organes, os, etc, ainsi je m’entraine. Cela tient dans une pochette A5, ainsi je peux l’emmener partout pour réviser si besoin !

En dehors des révisions, avec mes 3h de route par jour en semaine, franchement je n’ai pas le temps de relire les cours le soir …. Je m’endors comme une mouche la bave au coin de la bouche et la bulle au nez ! Et le week-end, c’est enfants/mari, courses, ménage, repas, ballade, activités des enfants, etc. On se partage un max les différentes taches avec mon mari mais 2jours cela passe vite, donc pareil que la semaine : pas le temps. Et je privilégie ma famille, j’essaie d’offrir des instants de qualité vu que c’est très peu.

Par contre, je me prends un samedi après-midi toutes les 4 semaines pour relire vraiment ce qui me semble vraiment important ou revoir un cours.

Pendant les révisions, donc pendant les 15 jours de vacances, là je m’active ! Par contre je suis une personne qui procrastine beaucoup, donc pas besoin de me faire un planning parce que je ne m’y tiendrais pas et en plus cela me stress ! Je sais ce que j’ai à revoir et les matières ou je dois vraiment être au taquet.

Par exemple dans les partiels que je viens de passer, j’ai fait l’impasse sur deux matières, je sais que ces deux matières ne seront donc pas validées, mais je m’en occuperais pour les rattrapages. C’est un choix stratégique.

Donc pendant les 15 jours, je me garde une journée pour faire autre chose pour moi PERSO et SEULE, et cette fois ci cela été de faire une journée glandage, tv, ordi, canapé, couette. Des fois il y a aussi une journée enfant malade, (car bien sur pendant les révisions, il y en a toujours un de malade qui reste avec moi).

Le reste du temps, je me fais un programme de la journée mais je le fais el matin même, je commence par les schémas à apprendre ou à revoir et j’enchaine sur les matières de la journée, en général maxi 2 matière/jour. Je suis facilement distraite, alors je m’oblige à couper le réseau internet sur mon gsm, et je ne prends mon pc que si j’ai une recherche à faire concernant une matière. Mais même ainsi il m’arrive de décrocher et dans ses cas-là, c’est que mon cerveau n’en peut plus. Alors je préfère faire une vraie pause et reprendre après.

Voilà en gros mon organisation, c’est LA MIENNE, et celle qui me convient ! ce n’est pas l’orga de l’année soyons clair, ni celle qui conviendrait à tout le monde. Mais je suis quelqu’un de très lucide, je sais si je bosse, comment, pourquoi, et je sais aussi quels partiels j’ai foiré ! D’ailleurs j’ai fait l’impasse sur 2 matières, mais je pense avoir foirer 3 partiels. J’en suis quasi sur même.

 

Les résultats ? Cela sera à la fin du mois de Janvier ! Je ferais un bilan à ce moment là !

 

En attendant demain c’est la reprise des cours pour une semaine et après départ en stage dès le 29 Janvier ! Et comme je l’ai déjà dit sur Instagram, mon stage sera en gériatrie. Oui, bien sur je ferais un article sur le sujet !

Pourquoi un stage en gériatrie ? En faites nous devons effectuer des stages en soins généraux, donc qu’importe le service dans lequel nous sommes envoyés, c’est tout simplement pour découvrir/apprendre/revoir la prise en charge d’une personne dans sa globalité ! Avant de se spécialiser on doit apprendre les généralités !

 

Elle…

Pénurie de gynécologues et compétences des sages-femmes !

Mais c’est quoi cet affolement partout sur le net depuis quelques jours sur une pénurie de gynécologues ?

 

Tout d’abord il faut rappeler la définition du métier de gynécologue :

Source institut national du cancer :

http://www.e-cancer.fr/Dictionnaire/G/gynecologue

 

« Médecin spécialiste de l’appareil génital de la femme. Le gynécologue assure le diagnostic et la prise en charge des maladies de l’utérus, du vagin, des ovaires, des seins. Le gynécologue-obstétricien est un chirurgien qui traite les maladies gynécologiques et mammaires et, notamment, les cancers, et prend en charge le suivi des grossesses à risque et des accouchements. Ces deux spécialistes s’occupent des techniques d’assistance médicale à la procréation qui peuvent être mises en œuvre lors des problèmes d’infertilité. Il est possible de consulter directement un gynécologue sans passer par le médecin traitant pour les examens gynécologiques réguliers (frottis notamment), le suivi de la contraception ou de la grossesse ou une interruption volontaire de grossesse par des médicaments. »

 

L’obstétrique est donc la surveillance du déroulement de la grossesse et de l’accouchement. La gynécologie c’est le diagnostic et le traitement des maladies de l’appareil génital et du sein (maladie de l’utérus, de l’ovaire, du sein, maladies sexuellement transmises), le dépistage des cancers gynécologiques par des frottis et des mammographies en collaboration avec des radiologues, la prise en charge du traitement de la stérilité, la régulation des naissances (contraception ou IVG) et le traitement des troubles de la ménopause.

 

Donc si je veux encore faire plus simple en termes de définition je dirais que le gynécologue est un SPECIALISTE de la femme et de ses pathologies.

 

Mais aujourd’hui on entend parler de pénurie et donc de difficultés pour les femmes d’obtenir un rendez-vous sans devoir attendre des mois. On parle de difficultés à être correctement suivi car trop d’attente, trop cher, trop difficile de trouver LE/LA gyneco.

 

Mais pourquoi tout d’un coup on parle de pénurie ??

 

Je vous laisse lire ce très bon article qui viens du blog les « 10 Lunes » que j’aime beaucoup et qui est très clair sur le sujet de la pénurie :  http://10lunes.com

 

Souvent je me pose cette question :

Pourquoi consulter un gynécologue en 1ere intention ?

Quand on veut consulter un spécialiste d’une discipline médicale on passe d’abord par le médecin traitant qui évalue la pertinence d’une consultation avec un spécialiste. Et bien c’est pareil dans ce cas-là : on consulte une sage-femme et si celle-ci détecte une pathologie (grâce à ces années d’études !) ou évalue qu’elle ne peut continuer à vous suivre, et bien elle vous enverra consulter un gynécologue qui lui assurera le suivi et le traitement de la pathologie.

 

Je souhaiterais simplement à travers de cet article informer les femmes que oui les sages-femmes peuvent réaliser un suivi tout au long de la vie d’une femme.

C’est-à-dire : dès l’arrivée des 1ere règles et ce jusqu’à la ménopause.

 

 

Définition du métier de sage-femme :

Source : https://www.cidj.com/metiers/sage-femme

 

« La profession de sage-femme est une profession médicale spécifique réglementée par le code de la santé publique et le code de déontologie des sages-femmes.

La sage-femme est une spécialiste des grossesses normales. Elle suit les femmes enceintes dont elle a la charge, du diagnostic de la grossesse jusqu’au jour de l’accouchement.

Au fil des mois, elle anime des séances de préparation à la naissance (exercices de relaxation, sophrologie, yoga…), prescrit et effectue tous les examens nécessaires. Responsable du déroulement de l’accouchement, c’est elle qui pose le diagnostic du début du travail, dont elle suit l’évolution.

Aidée de technologies de pointe (monitoring, échographies…), la sage-femme assure seule la plupart des accouchements. Si des complications surviennent, elle doit agir très vite pour faire appel au gynécologue-obstétricien ou au chirurgien.

Après l’accouchement, elle s’occupe du nouveau-né, vérifie qu’il soit en bonne santé et accomplit les gestes de réanimation si nécessaire. Elle surveille aussi le rétablissement de la mère, puis la conseille sur l’allaitement et l’hygiène du bébé.

La sage-femme peut aussi assurer le suivi gynécologique (prescription de contraceptif, pose de stérilet et implant…).

L’activité de la sage-femme ne se limite pas à des gestes techniques : elle a aussi un rôle relationnel très important. Elle doit savoir expliquer à la future mère comment vont se dérouler les étapes successives, la rassurer et associer le père à ce moment important.

Mais le rôle de la sage-femme ne se limite pas à la grossesse. La sage-femme a aussi les compétences nécessaires pour l’assurer au quotidien le suivi gynécologique des femmes (contraception, diagnostic de grossesse, rééducation périnéale, IVG médicamenteuse). »

(Petite arpparté sur les définitions que j’ai pu trouver sur le net je donne la palme d’or de la non mise à jour de leur infos à la définition du Larousse  dispo ici.  Je les ai twitter mais AUCUNE REPONSE à ce jour de leur part ….. )

 

Revenons sur la formation de la sage-femme qui est expliqué et disponible ici ou plus simplement ici

Après lecture, il est bien question de la maitrise de la pathologie pour la maitrise du métier de sage-femme, donc oui les sages-femmes sont compétentes dans la reconnaissance d’une pathologie. Elles savent aussi lire un compte rendu de frottis et donc si celui-ci revient anormal, votre sage-femme vous demandera de prendre contact avec un gynécologue.

Dans d’autres pays comme par exemple le Canada, aucune femme ne consulte un gynécologue pour des suivis dit physio/normaux, ou sans qu’une femme ne soit atteinte d’une pathologie. Ce sont les sages-femmes qui assurent ces rendez-vous : suivi gynéco, suivi pré conception, suivi grossesse, suivi post partum, etc. etc.

Certains gynécologues comme Michel Odent, ou Marsden Wagner ont même fait une formation de sage-femme afin d’approfondir leurs propres compétences !

 

Mais que peux faire une sage-femme ?

Voici un tableau récapitulatif très bien fait de l’ONSSF (site internet de l’ ONSSF ici )  :

Il faut ajouter aux compétences ci-dessus que depuis Juin 2016, les sages-femmes peuvent prescrire et effectuer les interruptions volontaires de grossesse médicamenteuse et ce dans le cadre légal.

 

Et pour que tout soit bien complet voici le dépliant de l’ordre des sages-femmes :

Dépliant Compétences des sages-femmes

 

Maintenant que vous savez TOUT ce que peux faire une sage-femme parlons argent ! Car oui consulter un gynécologue et une sage-femme ce n’est pas le même tarif !

Une enquête réalisée par Le Monde et parue le 27 Décembre 2017 affirme que seuls 38,5% des gynécologues pratiquent le « tarif sécu » à 30e la consultation, et moyenne la consultation standard est à 60e et peut même aller jusqu’à 120e en IDF ….

Quand une consultation standard pour une sage-femme est de 23e et remboursée a 70% par la sécurité sociale et le reste selon votre mutuelle….

 

Une jeune femme en consultation annonçait avoir payer 90e pour le retrait de son DIU (dispositif intra utérin : stérilet), en discutant avec une amie, elle apprend qu’une sage-femme peut faire cet acte. Elle a donc décidé de ne plus le faire avec son gynécologue, mais de consulter une sage-femme pour la nouvelle pause pose qui lui a coûtée : 38,40e (pris en charge à 70%) le retrait lui coûtera le même prix et toujours la même prise en charge sécu. Le restant peut être rembourser avec votre mutuelle.

 

Une consultation pour un suivi de grossesse sera elle aussi à 23e contre en moyenne 60e chez votre gynécologue, et si l’on fait l’échographie morphologique le prix sera de 100,20e (dont 81,92e de remboursement Sécu) avec une sage-femme qui possède un diplôme universitaire d’échographie, contre en moyenne 150e chez un gynécologue…. Et la différence ne s’arrête pas qu’a une visite simple ou une échographie.

 

Le problème de ces tarifs de consultation élevés est que bien souvent les jeunes femmes, ou les personnes en situation précaire ne vont même plus consulter faute de moyens financiers faute de savoir que le suivi peut être fait par une sage-femme libérale.

 

Donc je résume :

  • Rdv gynéco : spécialiste des pathologies, délais rendez-vous longs, tarifs plus chers et moins bien remboursés, visite rapide en moyenne 15min. Rare donc cher ….
  • Rdv sage-femme : spécialiste physiologie, délais rdv très rapides, tarifs plus qu’abordable, consultation plus longue en durée soit en moyenne 30/45 min.

 

  • 3eme solution rdv avec votre médecin généraliste, mais de moins en moins proposent un suivi gynéco et renvoient les patientes soit vers les gynécologues soit vers les sages-femmes.

 

En tant que future sage-femme, je souhaite que chaque femme puisse savoir qu’un suivi peut être réaliser par les sages-femmes.

Je ne comprend pas ce qui bloque en matière d’information. Pourquoi il existe cette désinformation sur le métier de sage-femme et pourquoi c’est entretenu ?  Je vous laisse réfléchir a ceci …

 

Et je ne souhaite pas travailler contre les gynécologues, mais AVEC eux, car nous avons besoin d’eux, de leurs compétences, et de leur savoir  autant qu’ils ont besoin de nous et des nôtres, mais là il y a encore du chemin à faire…. 

De cette entente en découlera un meilleur suivi, une meilleure prise en charge, mais aussi une transparence total dans le parcours de soin de santé, et les relations inter-professionnelles  seront bénéfiques à tout le monde mais c’est d’abord pour le bien être des femmes ! 

 

 

Elle…

PS : l’enquête du journal Le Monde est accessible ici 

les 2 illustrations de l’article sont de : BenJ dessins, vous pouvez découvrir son talent sur sa page Facebook a voir ici. Merci BenJ pour avoir accepté d’illustrer mon article 😉

 

 

Ce qu’il faut savoir AVANT d’entreprendre des études de sage-femme en Belgique

 

C’est bien joli de vouloir reprendre des études, mais AVANT de décider de s’inscrire dans les hautes écoles, il faudrait déjà réfléchir à ce que cela implique.

Car oui être étudiant.e implique des engagements, des changements, une vie complétement différente de celle que vous avez actuellement.
Je vais donner des infos, afin que vous puissiez mesurer l’importance de 4 ans d’études ….

 

Déjà, envisager de faire le métier de sage-femme, c’est connaître un minimum ce que c’est : alors NON la sage-femme ne s’occupe pas des bébés, mais des mamans, et si la sage-femme s’occupe d’un bébé c’est transitoire donc si vous souhaitez vous occupez des bébés, ce métier n’est pas en adéquation avec vos attentes. Si vous souhaitez sauver des vies, dans ce cas-là : pompier, médecin, chirurgien, la liste est longue, mais dedans vous n’avez pas sage-femme….

 

Si vous souhaitez avoir des infos précises sur le métier de sage-femme ce livre est fait pour vous : ici

 

Je vous conseille aussi de faire une demande de stage d’observation directement en maternité et puis un autre stage d’observation avec une sage-femme libérale pour compléter le tout. Rien de tel que de faire un « Vis ma vie de sage-femme » pour se rendre compte si on veut réellement aller vers cette voie.

 

 

Si après cette 1ère partie vous avez toujours cette envie d’être sage-femme, et que vous envisagez vos études en Belgique alors lisez bien ceci :

 

Faire des études en Belgique c’est donc vivre à l’étranger. Dans un pays différent, heureusement pour beaucoup d’habitant parlant le français, mais n’oublions pas nos amis flamands qui parle le flamand donc une langue étrangère. Bref, en devenant étudiant.e en Belgique il faudra respecter la législation belge, les lois belges, et les recommandations en vigueur dans le pays.

 

Faire des études en Belgique c’est : être « loin » de chez soi pour certain. Il faut se rendre compte que pour beaucoup c’est la 1ère fois que vous allez être séparés de vos familles, de vos amis. Vous ne rentrerez chez vous que quelques fois dans l’année (ou un peu plus pour certains chanceux) mais souvent on idéalise : ouais cool plus de parents sur le dos, des soirées étudiantes tous les soirs, la fiesta, c’est la vraie vie qui commence…

Alors déjà si tu penses ainsi tu risques d’être vite déçue car les études de sage-femme sont très prenantes avec des cours à apprendre, devoir être présent.e en cours (ok tous les cours ne sont pas obligatoires, mais là, chacun sa méthode), donc non pas de fiesta tous les soirs. Et l’éloignement de la famille et du cercle amical peut être très mal vécu. Donc il faut bien prendre en compte cet aspect.

 

Il faut aussi voir l’aspect financier des études, il vous faudra prendre un appartement seul.e ou en collocation, un Kot (studio) et donc il faudra payer un loyer (en moyenne 500e). Mais aussi, la nourriture, vos sorties (de temps en temps il faut prendre du temps pour soi) pour vos allers-retours dans la famille (voiture, bus, train, avion…)

Et cet aspect financier est important car les études de sage-femme durent 4 ans ! Donc 4 ans de dépenses sans rentrées d’argent, à moins de prendre un job étudiant, mais sérieusement vu tout ce qu’il faut apprendre je ne vous le conseille vraiment pas, ou alors bosser lors des grandes vacances mais cela ne couvrira pas vos frais en totalité.

 

Il faut aussi ajouter le coût des études, car oui les écoles belges sont payantes certes moins chère qu’en France, mais de l’ordre de + ou – 500 euros par année, et à cela il faudra ajouter les frais des tenues de stage (25 euros en moyenne la tenue, et bien sûr il en faut plusieurs, et si tu n’as pas de machine à laver prévois en 4 ou 5 pour le roulement) plus des accessoires : ciseaux, pince Kocher, pinard, sabot de bloc et baskets pour les stages…

 

Savoir aussi que l’école va t’envoyer en stage aux 4 coins de la Belgique et là je te vois sourire et penser, mais c’est petit la Belgique et bien détrompe toi car quand tu seras envoyé.e en stage à 90km de ton appart/kot et que tu dois y aller par tes propres moyens et partir à 5h du matin en voiture, bus, train, et bien là tu ne penseras plus que la Belgique c’est petit…. Donc il faut penser aux frais pour aller en stage ! Le permis c’est pas mal dans ces cas là !!!

Certaines fois tu pourras choisir ton lieu de stage, et là tu pourras même retourner en France près de chez toi, ou ailleurs mais encore une fois il faut y réfléchir avant.

 

Après l’aspect métier, l’aspect famille/amis, l’aspect financier, il reste l’aspect études !

 

Beh oui, il faut bien en parler des 4 ans à étudier, à être en stage, à passer des partiels en Janvier et en Juin, et bien sûr les rattrapages si plantage aux partiels….

 

Donc 4 ans d’études, 4 ans à étudier … Je vais parler simplement de la 1ere année vu que je le vis actuellement. Apprendre des matières comme la biochimie (beh oui tu n’es pas passé.e par la paces en France, mais t’inquiète pas on en a quand même), de l’anatomie, des cours de statistiques, en plus des matières de sage-femme.

Et bien sûr il faudra valider les partiels… Donc tu vas passer pas mal de soirées à apprendre tes cours, et surtout ne remets pas à demain, comme beaucoup le font car arrivées les vacances de Noël, l’envie d’apprendre n’est pas présente au profit des fêtes de famille, de fin d’années…

Dans mon école, nous avons une amplitude horaire de cours de 08h30 à 17h45 en ayant 45 min de pause déjeuner. Bien sûr il y a des jours où l’on n’a cours que 4h mais cela reste rare.

 

Concernant les vacances dans mon école, on a une semaine fin octobre, deux semaines pour Noël, et 15j en Avril, puis les vacances d’été, sauf si tu as des rattrapages de partiels, de stage, ou si tout simplement tu profites de tes grandes vacances pour faire un stage supplémentaire afin d’acquérir plus de pratique.

 

Pendant 4 ans tu vas vivre avec tes collègues de promo, faut aussi y penser, avec leurs différences, et il faudra savoir accepter et respecter vos différences, même si des fois tu seras exaspéré.e…

 

Alors oui je ne te brosse pas un tableau joyeux des études de sage-femme, mais c’est pourtant la réalité et avant de se décider il faut le savoir.

Si après cet article si tu rêves toujours de t’inscrire en haute école, si tu as mesuré tout ce que cela implique alors fonce…

Parce que oui cela va être difficile mais si c’est vraiment ce que tu souhaites au fond de toi alors qu’importe les difficultés !

 

Elle…

 

Mais qu’est ce qui m’a pris ??

 

Mais ouais bordel, qu’est ce qui m’a pris ??

De quoi ?

Beh de reprendre mes études …..

  • De me retrouver assise de 06h15 du matin jusqu’a 19h30 au plus tard…
  • De faire 230km/jour aller retour pour aller en cours, avec la pluie, le brouillard, les accidents, les gens pas heureux de vivre, et ceux qui te coupe la route, ou te font de belles queue de poisson sur l’autoroute à 130km/heure…
  • D’y aller parfois pour 2h de cours et donc de faire 3h de route…
  • D’avoir au tant de frais (essence, frais annexes voiture, frais de garde du petit dernier en nourrice, frais de garderie et de cantine des 2 plus grands, frais nourriture a l’école pour moi)
  • de recevoir des PV parce que oui depuis Septembre j’ai fait un peu moins de 15 000km cela m’a valu un pv de 75e….. Ouf pas de point en moins !!
  • D’être loin de mes enfants
  • De ne plus pouvoir les emmener à l’école, aller les rechercher, de partager plus de temps avec eux….
  • D’etre avec des personnes de tout âges donc de 18 ans jusqu’a 36 ans (ouais c’est moi la doyenne de la classe)
  • d’être des fois perdue au milieu de tout le monde et de me demander ce que je fais la à cet instant précis…
  • De me sentir en dècallage, pas de mon âge mais d’être maman, d’avoir une vie de famille, et non de ne pas pouvoir aller boire un verre après les cours, ou de ne pas pouvoir manger avec vous tous, et de ne pas sortir le week end.

Ouais des fois, je me demande ce qui m’a pris….

Surtout quand nous sommes début Décembre, et que le 22 c’est les vacances, mais que je ne pourrais pas profiter de mon mari, de mes enfants…. En tout cas pas comme je l’aurais voulu.

Je vais devoir réviser tout ce que je n’ai pas pu faire jusqu’a présent, car en ayant des journées de 11/14h et bien apprendre les soirs c’est bien souvent m’endormir avec mes feuilles de cours qui tombent du lit, la bave au coin de la bouche en ronflant….

Alors non je ne me plains pas, j’entends déja certaines personnes penser : « elle le savait, elle l’a voulu !!! » Alors oui je le savais, oui je l’ai voulu, pour au tant on ne se rend JAMAIS compte de la charge de travail tant qu’on ne le vit pas.  Et écrire cet article me permet aussi de poser les choses à plat.

Je suis si fière d’être en école de sage-femme, si fière d’être en cours !

Je donnerais le meilleur de moi pour réussir, mais il me reste toujours dans un coin de ma tête cette question : et si tout ces sacrifices était vain ? Et si je me plantais royal à ces satanés partiels en janvier. Je ne vise pas la lune, mais de réussir !

 

Mais qu’est ce qui m’a pris ?

Il m’a pris de vouloir tout donner pour réussir à faire ce que je voulais faire.

Il m’a prit de me dire qu’importe les sacrifices si c’est pour être heureuse épanouie jusqu’a la fin de ma vie, et fière de ce que je fais, alors qu’importent les sacrifices.

Il m’a prit aussi de pouvoir plus tard dire à mes enfants : n’ayez pas peur de tout recommencer, n’ayez pas peur de repartir de zéro, si on veut vraiment quelque chose on peut tout faire pour réussir.

Il m’a prit d’être une personne passionnée et qui va au bout des choses ….

Elle…

 

Livres et applications pour les cours sage-femme

 

Bonjour à tous,

 

Je reçois de nombreuses demandes au sujet des livres lors des études de sage-femme, ou des applications pour smartphones.  Donc je vais vous proposez une petite récap de livres et d’applications que j’utilise pour les cours.

Attention, je ne vous dis pas de les acheter, c’est livres que j’utilise MOI lors des cours, ou quand je suis à la maison pour bosser sur les matières.

J’ajouterais au fur et à mesure les livres que j’achète pour les cours afin d’avoir une liste bien à jour.

 

Les livres : 

  • Pour les matières comme la biologie, l’anatomie  : 

Atlas d’anatomie humaine 

Fiche d’anatomie Gray’s 

Anatomie et physiologies humaines

Anatomie et physiologie humaines le cahier d’activité 

 

 

  • Pour les matières comme physio de la grossesse, post partum, pharmacologie, etc ….

Guide de la consultation pré natal 

Pharmacologie pour les sages-femmes 

Obstétrique 2eme édition 

Guide du post partum 

105 fiches pour le suivi post-natal 

Protocoles en Gynécologie Obstétrique 

 

  • Pour les matières générales :

Dictionnaire médicale  

 

Les applications : 

Vidal Mobile

3D Anatomy : bones and organes

Visual anatomy lite

Essential skeleton 4

Muscles squelette atlas d’anatomie 3D

Medicopedia

CBIP BCFI (uniquement pour les élèves belges car c’est une application répertoire médicament en Belgique.

 

Voila vous avez ma liste de livres et d’appli que j’utilise !

 

Elle…

 

En visite …

 

La team des trois avons profité d’une journée off pour aller visiter une maternité….

Si vous me suivez sur Instagram, vous savez donc qu’il s’agit de la maternité de Lens.

J’ai des contacts avec le personnel soignant, à qui nous avons pu demander la possibilité de venir visiter la salle nature mais aussi : toute la maternité.

Depuis mon arrivée dans le Nord, je souhaitais visiter cette fameuse salle de nature. J’ai souvent entendu parler du plateau technique de Lens, et bien sûr de la salle nature.

 

D’ailleurs c’est quoi une salle nature ??

C’est une salle d’accouchement aménagée de telle sorte que la femme puisse profiter d’une certaine sérénité, mais aussi d’un aménagement confortable. Cette salle ne comporte que très peu de matériel médical et qui sera discret (en fait ça en comporte autant que les autres salles). Elle comporte des équipements tel que : divan, grand lit, coussin, ballon, liane de suspension, tapis de sol, tabouret d’accouchement et voir même de jacuzzi ….

Une salle nature permet donc une totale liberté de mouvement ce qui est beaucoup plus confortable et qui donc permet à la femme de ne plus être stresser et donc de faire diminuer la douleur, et de faciliter l’accouchement. Et ce concept plait de plus en plus aux futures mamans et papas.

 

Revenons à la maternité de Lens.

Présentation de la maternité de Lens : ici 

C’est une maternité de niveau 3, l’espace naissance a été reconstruit et ouvert en mars 2011, et c’est à cette occasion que la salle nature a été créée !

 

Donc le jour J, nous sommes (très) en avance (maïeutique un jour, maïeutique toujours), et nous sommes heureux de pouvoir visiter la maternité en petit comité, et en ayant un hôte de haut niveau.

 

Nous commençons donc la visite de la maternité, en visitant les salles de consultations. Puis nous passons par les UGO (urgences gyneco-obstetrique).

Puis enfin on arrive dans le vif du sujet, on part visiter le bloc obstétrical qui est composé de :

 

 

  • 3 chambres de pré travail à deux lits
  • 5 salles de naissance classiques
  • 1 salle de naissance nature
  • 5 salles de réanimation bébé et une dans chaque salle de césarienne.
  • 2 salle de césariennes (une pour les césariennes d’urgence, une pour les césariennes programmées)
  • 1 SSPI (salle de surveillance post interventionnel) de 5 postes
  • 1 salle dédiée à la  PMA

 

Puis nous sommes allés dans le service de suite de couche, qui est composé de chambres doubles et simples. La chose que je pointerais c’est le manque de couleur, c’est « tristounet » alors que c’est un service plein de vie, du coup cela fait un sacré contraste.

Les salles de pré travail sont accueillantes, mais avec DEUX lits dans une même salle… Le point noir des chambres de pré-travail est donc qu’elles sont à deux lits. Une chambre double n’est jamais agréable lorsqu’on aurait espéré être seul dans son espace. Heureusement qu’il y a trois chambres, et qu’elles ne sont pas toujours pleines. Ce qui permet de répartir au mieux, en fonction de l’activité.

 

Les salles des naissances dites classiques :

 

 

Les salles sont elles aussi accueillantes, les couleurs sont apaisantes. Vraiment c’est chouette. C’est propre et c’est très bien entretenu !

 

Une des salles de césarienne :

 

 

 

La salle nature :

Voilà la raison de ma visite.

Je voulais voir de mes yeux cette fameuse salle nature, c’est l’une des premières salles nature dans le nord de la France.  Et le centre hospitalier de Lens a été le premier à proposer un plateau technique aux sages-femmes libérales.
Donc j’avais vu des photos sur le site de la maternité, mais je voulais la voir de mes propres yeux….

Et là, la porte s’ouvre sur cette fameuse salle ….

 

« Droits réservés Centre Hospitalier de Lens »

 

Je reste sans voix ! Si, si, sans voix, face à moi une très belle baignoire, une magnifique banquette sofa ronde, des lianes de suspension. Les couleurs apportent à la pièce un côté doux, chaleureux. Cette salle est apaisante, calme, on se sent bien, détendue, les lumières sont tamisées pour permettre une pénombre.

 

La baignoire et le sofa :

« Droits réservés Centre Hospitalier de Lens »

 

 

Le sofa est vraiment grand, on peut tenir à plusieurs dessus :  future maman, le papa, la sage-femme et le/les bébé(s) une fois né(s). Il permet de se mouvoir à sa guise, et la liane tout comme celle près de la table permet de se suspendre. Totale liberté c’est juste waouhhhhhh !

La baignoire cela aura été mon rêve …La baignoire, l’eau, le fait d’être « plongée » dans l’eau atténue la douleur des contractions et permet de se détendre et, qui dit détente, dit ocytocine, hormone de l’amour….

 

La table d’accouchement AVE :

« Droits réservés Centre Hospitalier de Lens »

 

Cette table peut de bien des façons être articulée, et elle permet de pouvoir se mouvoir dans la position de son choix : à quatre pattes, à genoux, assise, sur le côté, sur le dos. Les lianes peuvent permettre de se suspendre aussi. Vous pouvez regarder sur le dépliant à la fin de l’article les différentes façons dont peut être positionnée cette table AVE. Au final elle n’est que très peu utilisée dans le cadre de l’accouchement sans péridurale, les femmes préférant accoucher plutôt sur le sofa.

Au plafond il y a un bras articulé chauffant. Donc si vous accouchez sur le sofa et êtes en peau a peau avec bébé, le bras peut être articulé jusqu’au sofa afin que vous et bébé n’ayez pas froid.

Si besoin, dans la salle nature se trouve un monitoring avec des capteurs sans fil, et ça c’est top vraiment, parce qu’être accrochée de partout à plein de machines et de fils, quand tout va bien, à quoi cela sert ? Et être attachée ainsi, empêchée de se mouvoir correctement, c’est contre-productif puisque les mouvements du corps aident bébé à descendre.

 

« Droits réservés Centre Hospitalier de Lens »

 

 

Tout est vraiment sobre, serein, une ambiance de zénitude se détache de cette salle nature. J’ai déjà eu 3 enfants, mais en voyant cette salle je pense pendant quelques secondes : waouh j’ai envie d’accoucher dans cette salle !!! Le jour J vous pouvez apporter de la musique si vous le souhaitez afin de créer votre bulle (mais cela c’est aussi valable dans les autres salles)

Attenant à la salle nature il y a la salle réanimation bébé avec une couveuse, accessible juste par une porte, comme pour les autres salles de naissances.

 

 

Salle Nature Depliant

Salle Nature Poster

 

Voilà pour la visite de la maternité de Lens.

Encore merci de nous avoir ouvert les portes !

Et une salle nature ne sert à rien si le personnel n’est pas ouvert à la physio d’un accouchement, mais à Lens la physio est respecté, et le personnel est ouvert, et opérationnel pour accompagner les femmes dans leur projet quel qu’il soit.

Merci au Centre Hospitalier de Lens qui a accepté ma requête d’article et à bien voulu me faire parvenir des photos officielles, merci à toi pour les photos perso aussi !

 

Elle …